chmahon-vert

le picard vit, le picard se parle, le picard s'écrit...

30 janvier 2013

ézz'amants d'Fréchincourt

La Sonme

poèyis éd légindes...

ch'est d'eutant pusse vrai

dins l'vallée dl'Hallue

dins ch'tchoin d'Fréchincourt

ouèche

qu'i gno chés puches tornants...

 

vlo chl'histoére dé

zz'Amants d'chés Puches tornnants éd Fréchincourt...

nb01

 Tchote Jeanne all’étoèt fin rétuse, aveuc ses longs caveux blonds conme chés blés qui covroèt’nt ses épeuilles, ses ziux en amandes coleur noésette, s’bouque solignée par des leuves fines, vermeilles. Toujours billée dins chés pus bielles robes, o s’értornoèt dsur d’elle sitôt qu’a méttoèt un pied déhiors…

 nb02

Chés jon.nes gins is l’avoèt’nt chés ziux dl’anmour in l’croésant… S’bieuté pi s’dote as l’avoèt’nt éd quoé aheutcher chés prétindants : feut dire équ’sin père il étoèt apotitchaire.

 Cho qu’a voloèt Tchote Jeanne, ch’étoèt s’anmeuser, rigoler, viroler, vive quoé… Ch’est sovint qu’o z’intindoèt sin rire dins chés fêtes éd chés poèyis à l’intor.

A éne fête all’o rincontré un bieu jon.ne honme… I s’apploèt Adrien… Quand qu’leus ziux is sé sont croésés, is l’ont comprins rondibilis qu’is s’ploèsoèt’nt… Tchote Jeanne a n’o pus pinsé à parson.ne d’eute qu’à li. Mais por leu rincontrer, ch’n’étoèt dgère aisié pasqué chés fêtes as n’coroèt’nt té point chés rues.

 nb03

Dins l’boutique éd sin père all’avoèt sovint intindu chés gins dire pi parler… A s’raminteuvoèt d’éne histoére… Ch’étoèt éne léginde qua disoèt équ’quand qu’éne jon.ne fille a vut s’marier, a doét aller à l’bréilloère au fin fond dé zz’intalles, s’mette à ch’bord, pinser fort à ch’ti qu’a vut marier pi in éjtant dins chl’ieu éne pièche d’un sou, dire sin nom tout heut… Ch’vu i s’réalise dins chl’énnée.

 nb04

Por ch’coeup, Tchote Jeanne all’o prins chl’histoére au sirieux pi ch’est conme cho, qu’un bieu jor a s’o in allée vir l’fanmeusse bréilloère dins zz’intalles… In arrivant là-bos, a s’o sintue biénaisse, conme si qué ch’tchoin-lo il étoèt magique… all’o freumé ses ziux pi all’o approché s’man dé s’bourse.

 nb05

Mais tout d’un coeup, un breuit sec i li o foèt rovrir ses ziux pi a s’o inseuvée, glachée éd peur... In s’értornant, a s’o apérchu qué ch’n’étoèt qu’éne tchote blérie qua l’avoèt tout bêt’mint traversié un riu…

Point vraimint fière, Tchote Jeanne all’o rtorné à l’bréilloére pi, après avoér érbéyé d’tous les côtés, all’o prins éne pièche d’un sou pi ahite, a ll’o éjté in plein mitan dé l’flaque, lo d’où qu’i gn’avoèt un tchot bouillon… in criant : « Adrien ! »…

Ch’qu’i dvoèt arriver, arrivo… chl’aprézeut i n’étoèt point coére fini qu’elle pi chl’Adrien, is l’étoèt’nt mariés.

 nb06

Pinsant qu’all’édvoèt sin bon.nheur à l’léginde, a n’mantchoèt point d’inmner sin blanc-bonnet pronmner du côté dé l’bréilloére... Sins li dire ésn éscret pi, tout in s’muchant d’li, all’éjtoèt à msure éne tchote pièche d’un sou in argint in rmerchiemint.

 nb07

Zz’énnées as l’ont passiées pi chés visites à l’bréilloére a sé sont éspachées… Tchote Jeanne all’o dit sn'éscret à chl’Adrien… minme équ’cha ll’avoèt foèt bien rigoler… pi is n’sé sont pus janmoès rindus à l’bréilloére plein mitan dé zz’intalles.

 nb08

Un jor qu’is s’rindoèt’nt à éne fête dins ch’villache voésin, is l’ont monté dins leu tchote carette à gvaux pi leu cocher il’o prins l’route dé zz’intalles… Fil à m’seure qu’is s’approchoèt’nt dé l’bréilloére, chés gvaux is san.noèt’nt éd pus in pus nérveux… Is ruoèt’nt, is galopoèt’nt conme des totchés. Ch’cocher i n’puvoèt rien foère por ézzès calmer…

 nb09

A l’bréilloére, chl’étchipache i s’o imballé… ch’cocher il étoèt dbout à dgeuler tant qu’i puvoèt. Tchote Jeanne all’étoèt aheutchée à ch’co dé sn’honme… li-minme, i s’étnoèt à chés poégnies dé l’portière… Déhiors, ch’cocher i tiroèt dsus chés rin.nes conme un beudet por érmette chés gvaux dsur chl’écmin.

 nb10

Rien n’i o foèt… chl’étchipage il o filé tout droét, traversé chl’écmin, chés berges…  pi il o rintré dins l’bréilloère in invoéyant des grands jets d’ieu… Arrivé in plein mitan, lo d’où qué zz’ieux as bouillon.n’nt, à ch’pus profond, chés gvaux is l’ont plongé dins un grand torbillon seui par l’carette aveuc chés passagers. O z’éroèt dit qu’is l’avoèt’nt té aspirés.

 nb11

Dins ch’villache, o né zz’o janmoès érvus pi o né zz’o janmoès rtreuvés… is l’ont té ingloutis à janmoès...

 Tchote Jeanne all’éroèt ti dû és’taire pi né rien dire à chl’Adrien ?… Chés anmoureux is l’avoèt’nt té ti rompu éch charme in n’allant pus leu pronmner à l’bréilloére ?... Tchèche qui sait ?

 Si os allez vous pronmner du côté d’éne bréilloére, in plein mitan dé zz’intalles, lo ouèche qué zz’ieux as bouillon.n'nt, ouèche qué chl’ieu all’est tout grise pi qu’a foèt des drôles éd glougloutries… alorse, soin à vous dé n’point réveiller chl’ieu qua dort.

Posté par chmahon-vert à 14:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire